Rencontre avec le luthier artisan Eric Muret

Catégorie(s) : Luthiers

luthier-eric-muret

Au sein de la planète « Guitare », il y a plusieurs univers qui cohabitent.

Il y a tout d’abord les grandes firmes, qui produisent des instruments de série.

Certaines d’entre elles ont su tirer leur épingle du jeu en proposant des modèles de bonne facture, voire de très bonne qualité, à des prix plus ou moins attrayants.

D’autres, quant à elles, sont à la bourse et vise avant tout de satisfaire les actionnaires, fabriquent à moindre coût des instruments qui n’ont parfois d’instrument que le nom …

Il y a ensuite les marques au prestige un peu moins étendu, mais offrant de belles alternatives aux modèles les plus dispendieux, parfois pour une qualité équivalente, mais à des prix plus abordables.

Enfin, n’oublions pas le monde des artisans, ces luthiers professionnels et amateurs, dont les mains agiles et amoureuses du bois travaillent le détail, le son, la qualité et la rareté de l’objet. Ces luthiers, attentifs aux désirs de ceux qui font appel à leurs services, soucieux de toujours fabriquer l’instrument parfait, engagé dans une passion dévorante, sont parfois des êtres subjuguant.

Ils ont appris à appréhender au-delà de l’instrument et de son futur usager, pour conjuguer les talents de l’un et de l’autre, et arriver même parfois à la fusion ultime entre le guitariste et sa guitare…

Je vous propose aujourd’hui de faire connaissance avec l’un d’entre eux : le luthier Eric Muret.

Dans le nid du maître luthier…

les-ateliers-eric-muret-guitares

Si vous avez l’occasion de vous promener au sein du petit village médiéval de Lauzerte, dans le Tarn-et-Garonne, vous aurez sans doute la possibilité de passer devant l’atelier d’Eric Muret.

N’hésitez pas à vous y arrêter, ne serait-ce que pour une pause poétique, au milieu des copeaux de bois, du vernis, des pièces d’art et faites connaissance avec cet amoureux de la musique Blues, du son rond et chaleureux, et du sustain !

Accompagnez le luthier, le temps d’un instant, dans ses songes éveillés.

le-luthier-francais-eric-muret

Déjà à l’adolescence, Eric Muret « bidouillait » ses premières guitares. Alors guitariste d’un groupe de rock, ce bricoleur amateur avait déjà une idée bien précise du type de son qu’il convoitait.

Jusqu’en 2007, où, pour notre plus grand plaisir – mais le sien aussi à n’en point douter – Éric devient luthier de profession.

Éric fabrique entièrement ses guitares à l’atelier, travaillant en très étroite collaboration avec le client qui lui commande un instrument, lui laissant le choix du plus infime des détails.

Il choisit ses bois avec grand soin pour leur qualité acoustique et opte généralement pour des micros Benedetti pour leur équilibre et leur précision.

Les teintes et les vernis sont travaillés à l’eau, pour un confort amélioré.

Toutefois, Éric Muret Guitares, c’est aussi des personnalisations, des customisations, des transformations, des réglages sur toutes les guitares et basses !

Quelques pointures se sont déjà essayées à gratter les guitares d’Éric, pour leur plus grand plaisir : Charlélie Couture, Jean-Félix Lalanne, Francis Cabrel, et autre Nilda Fernandez …

nilda-fernandez

Dans les belles, voire très belles guitares d’ Éric, on retrouve notamment ce modèle demi-caisse baptisée « My Bettie ».

guitare-my-bettie-d-eric-muret

Voici quelques-unes des caractéristiques de cette magnifique compagne de musique : guitare demi-caisse 16″ massive, sculptée dans la masse, avec un diapason de 629 mm et un manche de 21 cases.

Dans les créations d’Éric, on trouve aussi la « Jack 66 », une guitare « hollow body » avec diapason de 629mm et un manche de 22 cases. Bref, une guitare taillée pour le blues, le grass, le rock , le mythe…

guitare-jack66-d-eric-muret

L’interview avec Éric Muret

En discutant avec le luthier, j’ai eu la chance de découvrir un homme extrêmement passionné par son travail, le contact de la main avec le bois brut, qui, à travers son savoir-faire, va peu à peu s’affiner, prendre forme et laisser place à un instrument d’exception :

Q- Éric, bonjour. La passion de la guitare t’es venue il y a longtemps déjà. Quel fut l’évènement déclencheur ?

Je jouais dans un groupe de rock quand j’étais ado, rien de très original en soi … et j’avais une guitare vraiment pas terrible. Mon professeur de technologie de l’époque, qui était vraiment quelqu’un de bien et qui cherchait surtout des projets qui canaliseraient l’énergie de sa classe, m’a proposé d’apprendre à en faire une en cours. J’ai sauté sur l’occasion qui était trop belle et j’ai créé ma première guitare comme ça, grâce à lui !

Q- As-tu suivi une formation particulière pour devenir luthier, ou est-ce là le fruit de ton expérience ?

Je suis complètement autodidacte, mais j’avais besoin d’approfondir pas mal de choses, alors je suis allé à la rencontre de plusieurs luthiers chevronnés, puis j’ai beaucoup cherché et lu, fait de « belles » erreurs, rajusté le tir … en un mot « appris ».

Q- Te souviens-tu de la première guitare que tu as fabriquée en totalité ?

Oui, bien sûr ! J’avais 16 ans, en troisième au collège. Mon prof m’a demandé ce que je voulais réaliser pour l’année, je lui ai répondu : « une guitare » !

À la fin de l’année, ma guitare était finie… j’ai joué avec… peu de temps, je pense que le bois n’était pas bien sec… Mais ce fut une expérience très enrichissante…

Q- Combien de tentatives ont-elles été nécessaires avant d’arriver à fabriquer ta première guitare, celle qui t’a apporté la satisfaction d’un travail réussi, et mené à terme ?

La « R66 », c’était la guitare que j’avais imaginée. Une guitare de type « hollow body », en 2008. Cette guitare a fait son premier concert avec Sam  « Mister Tchang », j’étais comme dans un rêve!

Par contre, pour en arriver là, j’ai dû passer au moins cinq modèles qui sont partis au feu, parce que je n’étais pas vraiment satisfait du résultat.

Dalleurs, cette guitare a eu un super article dans le magazine Guitar Collector.

guitare-r66-d-eric-muret

Depuis, je conçois aujourd’hui la suite avec la « Jack 66 » : même « look », mais avec une table sculptée au lieu d’une « flat top » et le corps en acajou au lieu de l’érable pour la « R66 ».

Q- Éric, peux-tu nous en dire plus sur les modèles que tu as déjà conçus ?

J’aime les guitares de type vintage, je conçois des modèles inspirés de ES335, comme « My Bettie » ou ML5 ou d’autres qui sont (ou seront) de vraies créations originales telles que la guitare Jack66

Q- Quels sont les différents modèles qui composent la gamme de guitares que tu fabriques ?

Il y a « My Bettie » : guitare demi-caisse entièrement en érable massif, touche ébène inspirée de la es 335, mais avec pas mal de modifications. Donc, rien à voir avec …. Micro Benedetti « blues ».

La « Jack 66 guitare » : une « Hollow body », corps acajou, table érable manche érable touche palissandre, Micros Benedetti « blues ».

La « Happy days guitare » : une « solid body » en tilleul, manche en érable, touche palissandre, micros P90.

guitare-happy-days-blanche-d-eric-muret

En projet en ce moment : une guitare « solid body » commandée par Yannick Dumont, guitariste métal néo-classique. Certes, je sors un peu du blues et du jazz : corps en tilleul manche érable et touche plate en érable, Floyd rose pro, micros Benedetti « matrix » et « rock ».

Q- Quel temps, en moyenne, consacres-tu à la réalisation d’un nouveau modèle ? Réalises-tu un nouveau modèle suite à des demandes de clients, ou est-ce un cheminement personnel ?

Cela peut être les deux (…) je travaille en ce moment en collaboration avec Yannick Dumont qui est venu me voir pour créer son modèle signature. C’est un univers à part entière que je ne connais pas trop, mais c’est toujours très enrichissant. Pour cela, il n’y a pas de notion de temps, seul le résultat compte. Ensuite, je réfléchis sur une guitare jazz avec un concept inédit, mais pour l’instant, je n’en dirai pas plus, car les éclisses sont dans le moule, mais le reste est encore dans ma tête.

Q- Éric, peux-tu nous décrire brièvement les différentes étapes de fabrication d’une guitare ?

Tout d’abord, je prospecte un « look » et un son. Ensuite, je dessine l’instrument et je me penche sur ces aspects techniques. Après, reste à fabriquer les gabarits du corps, le dos, du manche des cavités en médium.

preparation-guitare-eric-muret

guitare-prete-assemblage

defoncage-ouies-et-collage-de-la-table

arrasage-filets-de-la-touche

Ensuite, je m’attaque au bois noble. Une fois assemblée, après un ponçage, la guitare passe en mode finition. J’utilise un vernis « water base ».

guitare-prete-au-poncage-final

peinture-guitare-r66

Quelques semaines plus tard (après le séchage du vernis), je passe au polissage. La guitare est de nouveau poncée avec des grains de plus en plus fins, jusqu’à ce qu’elle devienne reluisante.

poncage-guitare-r66

La phase finale est le lustrage. Il ne reste plus qu’à monter l’électronique et faire les réglages.

debut-montage-electronique-et-accastillage

premieres-notes-sur-sa-guitare

Q- Quel est le délai moyen de fabrication d’une de tes guitares ?

Je dirais environ trois mois.

Q- Le choix du bois dans la conception de l’instrument revêt une attention toute particulière, qu’elles sont les essences que tu préfères utiliser, et pour quelles raisons ?

Pour mes manches, j’utilise trois pièces d’érable que je contre-colle, ce qui donne un manche en trois parties. Je trouve que pour le manche d’une guitare, l’érable octroie un son bien droit.

collage-du-manche

La touche est souvent en ébène, car j’aime une guitare avec une « réponse » bien claire avec un peu de claquant et de chaleur. Dans certains cas bien particulier, je vais favoriser la palissandre pour obtenir un son plus rond.

Pour le corps de l’instrument, j’utilise le tilleul que je compare souvent à de l’acajou : un son plutôt neutre, mais qui privilégie le sustain, donc, bien sûr, l’acajou que je creuse pour la « Jack 66 » afin d’accentuer les « médiums ».

Ou l’érable pour ma demi-caisse « My Bettie ».

Pour la table d’une guitare, mon bois favori reste l’érable pour avoir un maximum de réponse et un son très franc.

Q- De quelle manière te procures-tu le bois et les divers composants qui te servent à fabriquer tes instruments ?

Quant aux bois, je les trouve chez un fournisseur de très haute confiance. Il me stock des bois séchés à l’air ambiant, car je ne veux pas de bois étuvé.

Pour l’accastillage, je possède quatre fournisseurs différents en France et deux aux États-Unis.

Pour les micros, je demeure fidèle à Benedetti : ce sont des micros que j’apprécie particulièrement et qui ont fait leurs preuves depuis plusieurs décennies.

Q- Tu es spécialisé dans des instruments orientés blues, jazz et rock, mais tout autre type d’instrument reste concevable ?

Oui, bien sûr! Je peux réaliser n’importe quel modèle pour n’importe quel genre musical.

Cela reste très ouvert et très souple selon les envies des musiciens. La chose sur laquelle je ne transige pas, c’est la qualité des matériaux et des « process ».

Dans la même optique, je pense éventuellement organiser des stages pour les apprentis luthiers qui voudraient être accompagnés, en partie ou en totalité, dans la conception de leur propre guitare.

Q- En tant que luthier, combien de guitares as-tu créées ?

Depuis 2007, je dois en être à 15 modèles différents.

Q- T’es-tu déjà confronté à des envies de réalisations impossibles à mettre en œuvre ? Si oui, pour quelle(s) raison(s) ?

Je pense que mon projet dont je parle plus haut est un peu dans ce cas de figure, mais j’ai besoin de défi, j’adore ça! Réfléchir à de nouveau concept, et comme tous guitaristes, la recherche du son. Bref, le Graal! Il n’y a rien de plus gratifiant.

Q- Comment peut-on te contacter ?

L’atelier est situé au 6, rue de la Mairie, à Lauzerte, dans le Tarn-et-Garonne. C’est un village classé magnifique !

Les gens peuvent également me rejoindre par téléphone au 06 49 25 22 69 (laisser un message si je ne réponds pas !).

Mon site web : http://www.ericmuretguitares.com.

Je suis aussi sur Facebook et Google+.

Q- Aurais-tu des conseils à donner à quiconque qui, comme toi, voudrait faire de la lutherie son métier ?

Tout d’abord, c’est un métier exigeant, mais vraiment passionnant. On fait ce qu’on aime, on baigne dans la beauté et la musique, mais ça ne suffit pas : il faut manger aussi ! Si personne n’a connaissance de ce que l’on fait, c’est absurde et le vrai risque, c’est l’isolement ! Par conséquent, il ne faut pas hésiter partager ses expériences, échanger entre luthiers, on a tout à apprendre, même après des années d’expérience et c’est ce qui est intéressant. En cela, l’APLG est une très belle initiative.

Trouver toutes les opportunités de se rendre « visible » et audible, une guitare doit être belle en tout !

Q- Le petit mot de la fin ?

Je déborde de projets et d’enthousiasme avec ce nouvel atelier alors, bien sûr, j’aimerai que les guitaristes soient au rendez-vous pour essayer et acheter mes nouvelles créations !

Pour que je puisse en créer d’autres et d’autres encore, j’ai tellement d’idées à concrétiser !

Par ailleurs, ce week-end, j’exposerai mes guitares aux Guitares au Beffroi de Montrouge : salon de la guitare de luthiers. J’invite les gens à venir voir mes créations et celles d’une soixantaine d’exposants artisants et avides de la lutherie.

Pour connaître la programmation complète des concerts et la liste des exposants de Guitares au Beffroi 2014, vous pouvez visiter le guitaresaubeffroi.com.

guitare-au-effroi-2014

Pour conclure

Bref, si jamais vous passer dans le village de Lauzerte, vous serez en mesure de le constater par vous-même : le luthier Éric Muret est un vrai passionné, amoureux de l’instrument, attentif aux demandes des gens qui font appels à ces services.

Il est aussi en constante réflexion, en évolution perpétuelle, en quête de perfection, afin de fournir des instruments d’une qualité déjà irréprochable.

C’est grâce à ces fanatiques que la musique « vit », et permet au musicien que nous sommes de tirer le meilleur de ce qui est, à la base, un simple morceau de bois.

Merci à Éric Muret pour sa gentillesse et son étonnante générosité. Bonne continuation et VIVE LES LUTHIERS ! :)

Partagez cet article :

Pin It
À propos de l'auteur : Stratoniko

Mordu de musique, j’aime partager ma passion, que ce soit par le biais de chroniques, de test matos, de vidéos YouTube de covers, etc. Je donne aussi des cours de guitare à de jeunes ados débutants, je suis d'ailleurs inscrit sur le site Allegro musique en tant que professeur. N’hésitez pas à me rejoindre sur Facebook, je ne mords pas!

Laissez un commentaire

commentaire(s)

Laisser un commentaire