Souffrez-vous de « Gear acquisition syndrom »?

Catégorie(s) : Shooping

guitares-gear-acquisition-syndrom

Le « gear acquisition syndrom » (ou GAS) est un trouble obscur qui touche de nombreux musiciens, à différentes intensités, et fait carrément des ravages chez les guitaristes. Ce terme américanophone est employé pour décrire un besoin irrationnel, et surtout insatiable, d’acquérir une vaste quantité de matériels superflus ; cela peut être de simples pédales d’effet, des amplis ou des guitares selon les finances du contaminé. Les crises de GAS les plus graves sont caractérisées par l’achat injustifiable et compulsif d’instruments de musique en dépit d’une situation financière déjà désastreuse.

La maladie elle-même commence bien souvent par l’achat d’une simple pédale d’effet, de distorsion par exemple. Puis, dans l’idée d’élargir vos perspectives sonores, vous décidez d’y lier une pédale de Chorus… et un plus tard une Flanger, un Wha-wha et ainsi de suite. Par contre, l’accumulation des pédales nécessite l’achat de plus de câbles, puis vous discernez dans le son une sorte de bourdonnement, souci que vous réglez rapidement avec un noisegate.

Puisque le pré-ampli semblait destiné à rendre toutes les parties périmées du signal, logiquement un effet de compresseur s’avère indispensable. Maintenant que vous disposez de tout ce matériel, vous pensez bon vous munir d’un ampli et un baffle plus puissant. En revanche, à quoi bon jouer sur un ampli d’une telle puissance et avec autant de pédales d’effets si c’est pour en jouir avec UNE seule guitare?

Cela vous rappelle quelque-chose que vous avez vécu?

pedalboard-gas

Environ tous les deux à quatre mois, la maladie semble s’apaiser pendant un certain temps et la victime fait des progrès. Or, comme chaque séance de pratique est honorée par une nouvelle pédale d’effet, notre guitariste infecté commence à penser que tout cet argent dépensé en valait somme toute la chandelle. Après tout, il n’est pas facile de trouver LE son et pour y arriver il convient de procéder à de nombreux essais et tester les différentes combinaisons possibles. Autrement, pourquoi des mecs comme Eddie Van Halen et Eric Johnson dépenseraient-ils des milliers de dollars pour customiser du matos déjà de top qualité?

Étant incapable de dénicher un pedalboard suffisamment large pour accueillir toutes ses pédales, notre regrettable guitariste finit généralement par fabriquer lui-même son propre pédalier, puis un deuxième, parfois même jusqu’à 5. Car, considérons que le forcené s’est procuré pas moins de 112 pédales dans la dernière année seulement, il faut bien qu’il en essaie quelques-unes avant l’arrivée des nouveaux modèles! Or, puisqu’il ne lui reste plus un sou pour l’achat de tous les connecteurs et câbles, il décide de vendre son téléviseur ou sa tondeuse. « La pelouse, elle peut attendre! » se dit-il. Pour le moment, la seule chose qui compte vraiment est sa quête de poursuite de la sonorité parfaite.

pedales-effets-gas

Les causes du désordre psychologique demeurent inconnues, mais peuvent avoir des répercussions sur tous les aspects de la vie du guitariste infecté. Bien que la maladie ne soit pas incurable, elle doit à tout prix être diagnostiquée et soignée le plus tôt possible pour que les traitements soient efficaces. Dans le processus menant à sa guérison, le « guitaromane » doit s’attendre à une longue période de réadaptation. Il n’existe aucun remède connu. Beaucoup de contaminés ne s’en remettre jamais.

Les symptômes du G.A.S

Voici donc une liste de symptômes pour vous aider à discerner rapidement si vous avez été infecté par le GAS :

  1.  Vous avez développé une sorte de dialecte étrange. Des mots tels que « Floyd Rose », transitors, humbucker, ou univibe deviennent une partie de votre vocabulaire courant et vous vous surprenez même à employer ceux-ci lors de conversations n’ayant aucun rapport avec la guitare ou la musique…
  2. Vous consacrez une pièce entière à vos instruments… mais auriez besoin d’une pièce additionnelle pour ranger le reste de votre matériel qui traîne un peu partout dans la maison.
  3. Vous passez beaucoup plus de temps à contempler vos instruments et à étudier leurs composants, qu’à les utiliser!
  4. Vous possédez au moins 5 pédales qui font exactement la même chose.
  5. Vous êtes malheureux lorsque vous n’êtes pas en présence de vos instruments.
  6. La voiture a besoin de nouveaux pneus, mais vous vous dites que ça peut attendre et que le plus important est de satisfaire votre soif de matériel de musique.
  7. Vous vous levez à 3 heures du matin pour placer une enchère sur un vieil ampli que vous surveillez depuis plusieurs jours sur Ebay.
  8. Vous vous laissez convaincre d’acheter sur Internet un set de lampes pour ampli juste parce qu’elles ne coûtent pas cher, alors que vous possédez uniquement des amplis à transistors.
  9. Il ne se passe pas une seule journée sans que vous ne consultiez la rubrique « Instruments de musique » de tous les principaux sites d’annonces en ligne.
  10. Vous êtes encore dans un dilemme numérique-analogique ou alterner constamment entre les deux sans jamais trouver un son qui vous convient.
  11. Le vendeur de la boutique de musique de votre quartier vous salut par votre nom lorsque vous entrez!
  12. Tout le personnel, ainsi que le propriétaire de la boutique de musique de votre quartier connaissent votre nom. (Nous parlons dans ce cas-ci d’une G.A.S très aiguë.)
  13. Vos amis et membres de votre famille commencent à vous bloquer sur Facebook tellement ils en ont marre d’apercevoir dans leur « fils » vos photos de nouvelles guitares de merde!
  14. Une guitare traîne dans le coin de chaque pièce de votre maison.
  15. Vous êtes sur le point de vendre la voiture familiale pour financer du nouveau matériel.
  16. Vous envisagez hypothéquer votre maison en vue d’acheter du nouveau matériel.
  17. Votre copine vous quitte parce que vous avez vendu la voiture familiale et hypothéqué la maison. Mais, par-dessus tout, elle en a assez d’entendre une dizaine de fois par jours « Viens ici chérie, il faut que je te montre et te fasse entendre ma nouvelle guitare!”.

Alors, avez-vous l’un des symptômes? Oui? Vous êtes contaminé…!

GAS : un fléau qui ne pardonne pas!

Récemment, j’ai eu l’occasion d’échanger quelques mots avec quelques musiciens gravement atteints du syndrome de GAS en vue de mieux connaître leurs principales motivations à accumuler autant de matériel et les causes de leur déséquilibre mental.

C’est le cas notamment de Simon Brant qui possède un lot de plus de 21 guitares, allant de la Telecaster jusqu’au ukulele, en passant par les Danelectros et sa Gibson à deux manches. Les possibilités sonores ne lui manquent pas. Dalleur, Simon a dernièrement partagé avec nous sur notre page Facebook une photo d’une parcelle de son matériel :

guitares-simon-gear-acquisition-syndrom

Christian, quant à lui, possède plus d’une trentaine d’instruments. Il a acquis sa première guitare à Sans Sebastian au début des années 70. Elle était de mauvaise facture et fait de contreplaqué.

« Après avoir appris à jouer un peu de tout pendant un an et demi, j’ai demandé une guitare électrique à mes parents. C’était une fausse Stratocaster, de marque Maya. Peu après, j’ai pu me payer un ampli Hiwatt (que j’ai malheureusement revendu et je le regrette toujours), une pédale de distorsion MXR et un phaser 100 de la même marque. Puis, mon premier salaire d’étudiant m’a permis d’acheter une vraie Fender Telecaster. J’ai alors monté mon premier groupe. »

Dès lors, la maladie commençait peu à peu à s’emparer de Christian…

Il ajoute : « Toute ma vie, j’ai joué pour arrondir mes fins de mois. Maintenant, je me fais enfin plaisir. J’ai conservé un maximum des guitares que j’ai achetées. Présentement, je joue surtout sur ma PRS (SE, sinon je craindrais qu’on me la vole) ou sur la Stratocaster Japonaise que j’ai fait customiser en y installant des micros Bare Knuckles & un whami Wilkinson. Sur scène, j’utilise un vieil ampli très léger, avec un préamp à lampe. En studio, j’utilise mon ampli Bogner, ou alors je me sers de guitar riggs, ou de plug-ins de la marque Waves. Mais je possède un Line 6 Spider III que j’utilise le moins possible, parce qu’il sonne très métallique », raconte Christian en pleine crise de démence…

Un autre cas très sérieux et certainement intraitable de « gear acquisition syndrom » est celui de Jérôme Wadchal, un habitué de Guitare Domination. Atteint de la maladie depuis près de 25 ans, Jérôme affirme avoir accumulé au fil des années plus de 126 guitares (sa petite dernière est une Hofner Shorty), ainsi qu’une dizaine d’amplis et une multitude de pédales d’effets!

« J’ai acheté ma première guitare à l’âge de 10 ans, c’était une vague copie de Strat que j’ai complètement bousillée afin de voir ce qu’il y avait à l’intérieur. Puis, j’en ai eu une deuxième, une troisième, et c’est vite devenu une passion pour moi et j’ai décidé d’en faire mon métier. »

Remarquons ici l’utilisation du mot « passions » par Jérôme. Selon le docteur Leo Gibson, cela est très typique des personnes nettement atteintes du « gear acquisition syndrom ». « C’est que l’infecté refuse habituellement d’affronter sa maladie, donc de manière plus ou moins consciente, il développe toutes sortes d‘automatismes pour se dissocier de celle-ci« Je suis passionné, et non malade » laisse-t-il savoir solennellement avec une guitare dans chaque main et ses 6 pedalboards sous les pieds. Bien sûr, le tout raccordé à une tête Mesa Boogie sur un baffle Marshall… équipé de speakers Peavy…

Jérôme ajoute, « les deux principales raisons pour lesquelles je continue à amasser les guitares sont : la beauté des instruments que je considère comme des œuvres d’art et que je respecte énormément que ce soit une Squier Affinity Stratocaster ou une Gibson Les Paul de 1960, et la deuxième raison, c’est que je suis luthier de formation et que, en ayant autant de guitares et basses sous la main, ce m’a permis d’apprendre les caractéristiques de chaque instrument dans le but de savoir comment les réparer, voire les customiser… »

certificat_luthier_franceEn effet, lors de l’année 2003, l’infection de Jérôme était à son apogée, le forçant même à s’expatrier en Arizona aux États-Unis, pour étudier (contre son gré) la lutherie à la Roberto-Venn School of Luthiery et y décrocher un diplôme!

Incroyable, n’est-ce pas?

« De plus, je prévois lancer d’ici 2015 ma propre marque de guitare », dit-il dans sa folie et en empruntant une voix démoniaque!

À l’inverse des collectionneurs qui trouvent leur bonheur (surtout ceux qui ont les poches profondes) dans l’accumulation de matériel, un cas aggravé de GAS agit par impulsion et n’en tire aucune réelle satisfaction.

C’est le cas notamment de Jean-Pierre, qui à 54 ans possède autant d’amplis que son âge, et d’une vingtaine de marques différentes, et n’a toujours pas trouvé un son qui lui convient!

À bien des égards, l’achat d’un nouveau multi-effet ou ampli guitare pour ses musiciens atteints est souvent comme un épisode des Sopranos. Après avoir regardé un épisode, nous sommes insatisfaits et ressentons le besoin d’en visionner un autre pour connaître la suite de l’intrigue. Bien sûr, nous finissons par passer à travers la saison complète, puis celle du 2 jusqu’à 6, enfin on réalise qu’il n’y a pas vraiment de dénouement final à la série, même au dernier épisode! Ainsi, une fois de plus laissée sur notre faim, nous regrettons toutes ses heures passées inutilement devant le téléviseur et l’argent dépensé pour les coffrets DVD, tout comme celui qui, non seulement regretta plus tard la transaction de sa 42e guitare, mais demeura éternellement insatisfait de son son.

Toujours selon le docteur de renommée mondiale Leo Gibson, « un autre trait commun d’un individu atteint de ce fâcheux syndrome est que l’acquisition d’un nouveau gear lui procure l’illusion de progresser à la guitare. Or, bien évidemment, il n’en est rien! ».

caisses-de-guitare-poussiere

Comment traiter le G.A.S?

Si vous n’êtes pas encore frappé par la maladie, sachez qu’il existe des solutions réelles pour la prévenir. Puis, si vous êtes déjà contaminé, heureusement pour vous, ce virus peut être traité. Voici quelques-unes des méthodes pour prévenir la maladie ou l’éradiquer (et vous assurez qu’elle ne réapparaitra jamais!).

  1. Mettez les choses en perspective et n’oubliez pas que vous êtes censé acheter du matériel pour jouer de la musique, et non l’inverse.
  2. Ne flamber PAS tous votre argent dans du matos et gardez s’en un peu pour l’essence, la nourriture, et l’entretien de votre voiture. Ne négligez pas ces choses très fondamentales qui sont tout aussi importantes que vos instruments, surtout si vous prévoyez vous déplacer souvent pour faire des concerts.
  3. Pour le bien de votre couple, évitez de parler avec votre femme / copine de la prochaine guitare que vous prévoyez achetée. Il existe toujours quelques exceptions, mais en général, c’est la dernière chose que vous devez faire, autrement vous et votre relation allez en subir les conséquences pour votre manque de discrétion. Puis surtout, si vous hésitez entre acheter des cordes ou des couches, choisissez toujours des couches, s’il vous plaît!
  4. Portez une attention particulière à la manière dont vous vous exprimez lorsque vous parlez de musique avec un pote. Faites-vous essentiellement mentions d’accords, de gammes, de nuances, des techniques de jeu, d’arpèges, des phrases, des solos, des notions de solfège, etc. ou si au contraire vous discutez surtout de compresseurs, d’égaliseurs, de câble, de guitare, des micros, des amplis, de cordes, de noisegate, etc.?
  5. Ce qui est bon pour les autres ne signifie pas nécessairement que ce sera aussi bon pour vous! En d’autres mots, ne vous laissez pas influencer par les autres et travaillez votre son à partir de ce que vous disposez déjà et selon votre propre discernement.
  6. Plusieurs « infectés » l’ignorent, mais ce n’est pas parce qu’une guitare d’une valeur de 2000 euros est offerte à moitié prix que vous devez forcément l’acheter! En fait, aucune loi ne vous y oblige!
  7. Avant d’acheter du nouveau matériel, commencez par utiliser correctement celui que vous possédez déjà. Vous finirez par découvrir que vous pouvez accomplir beaucoup de choses avec ce que vous avez!
  8. Écoutez le conseil judicieux de Tom Morello (guitariste de Rage Again The Machine), c’est-à-dire : « Keep it simple! »

pedalboard-tom-morello

Conclusion

Pour conclure, sachez que 45% du caractère de votre son dépend du degré de compréhension de votre équipement actuel et de la manière dont vous le réglez. Ou dit d’une autre manière, sachez exactement quel son vous voulez et cessez d’explorer tous les horizons! La sagesse, l’expérience, l’écoute et le travail sont aussi quelques-uns des principaux ingrédients pour y parvenir.

L’autre 45% de la qualité de votre son est déterminé par vos doigts. Cela implique de maitriser les différentes techniques de jeu, appliquer correctement les nuances, se familiariser avec le manche, etc.

En sommes, moins de 10% de votre son dépend du matériel dont vous disposez…

Partagez cet article :

Pin It
À propos de l'auteur : Philippe-André Levasseurs

Professeur de guitare, vidéaste, bloggeur et créateur du site GuitareDomination.com. Sur Twitter : @guitaredom, Facebook : facebook.com/guitaredom et Google+.

Laissez un commentaire

commentaire(s)

27 commentaires pour "Souffrez-vous de « Gear acquisition syndrom »?"

  1. PEPERE le 17 juin 2013 à 22 h 15 min

    C’est un « mal » qui repend la terreur de l’envie chez les « musicos »… il faut dire qu’avec toutes ces belles grattes, il y a quoi à souffrir de « Gear acquisitions »!

  2. Bruno Creuzet le 17 juin 2013 à 11 h 22 min

    Bah au vu de cet article et de la pièce uniquement réservée à mon matos et mes guitares qui va me forcer à déménager dû à un manque d’espace, il est clair que je suis atteint grave… J’ai encore récupéré un ampli Fender hier, et j’ai aussi acheté une pédale ce matin….. sans commentaire!

  3. Laurent Picciotto le 17 juin 2013 à 9 h 38 min

    Le G.A.S, c’est une très belle maladie! J’en sais quelque chose, car je suis clairement atteint de ce syndrome. En revanche, tu progresses forcement, car chaque nouvelle guitare te fait jouer encore un peu plus et selon le son, dans des domaines différents. De plus, comme tu deviens collectionneur ton patrimoine évolue positivement, ce qui n’est pas le cas avec d’autres objets.

    Ma femme me supporte dans ma maladie, contrairement aux idées reçues. Aussi, les effets secondaires sont bien moins graves que d’autres addictions…

  4. Malfas Morokon le 17 juin 2013 à 7 h 53 min

    Y’en a qui ont les moyens quand même… moi, au moins, je ne risque pas de devenir une malheureuse « victime » du syndrome!

  5. Laors le 11 juin 2013 à 14 h 40 min

    112 pédales!!! Va falloir qu’il pense à se faire greffer des tentacules, le gars! Sinon, je crois que moi aussi j’ai un début de GAStro…

  6. PEPERE le 11 juin 2013 à 8 h 17 min

    Merci à Philippe-André pour cet article qui va en sauver d’un d’un! Moi y compris!

  7. PEPERE le 11 juin 2013 à 8 h 13 min

    Je crois que je souffre aussi de ce syndrome! C’est évident! Je vais donc faire l’effort pour la correction! C’est urgent!

  8. Patrice Chervoillot le 9 juin 2013 à 14 h 55 min

    Tous les 3 mois, une nouvelle, ça prend de la place!

  9. Martin Richard le 9 juin 2013 à 13 h 28 min

    Ce syndrome existe aussi pour les jeux vidéo! ;)

  10. Simon Pascal le 9 juin 2013 à 12 h 41 min

    Whaou! Va falloir faire fort pour en battre certains. J’suis petit avec mes 7 instruments, guitares, basses et our.

  11. Martin le 9 juin 2013 à 9 h 23 min

    Je suis atteint, mais en cours de guérison… Merci pour le conseil #3! :P

  12. Amandine Maître le 9 juin 2013 à 8 h 18 min

    2 guitares classiques, 2 basses et une électrique…

  13. Garry Josh Becker le 9 juin 2013 à 7 h 55 min

    11 guitares, 3 amplis, 6 pédales, 2 pianos… mince, je suis atteint! :)

  14. Ken Menard le 9 juin 2013 à 7 h 54 min

    5 guitares et 2 basses… c’est la maladie ça? Lol…

  15. Ged Cappagli le 9 juin 2013 à 7 h 34 min

    Quand certains dépensent des dizaines de milliers d’euros dans une auto qui perd 80% de sa valeur en 10 ans, acheter des bonnes guitares et du bon matos, ça ne coûte pas cher en comparaison et surtout, ça ne brûle pas d’essence!

    • Maxime Dehaines le 9 juin 2013 à 10 h 29 min

      Et si t’as mis le prix à l’achat, tu retrouves ce même prix, voire plus à la revente quelques années plus tard!

  16. Jason Rackham le 9 juin 2013 à 7 h 27 min

    Une guitare classique, une Telecaster et un ampli… rien de plus!

  17. Be Dalyce le 9 juin 2013 à 7 h 05 min

    Jamais, je dis bien JAMAIS; je n’arrêterais d’acheter des Grattes!

    En revanche, je ne stock pas, j’en ai une, « ma merveille », mais je n’arrêterais pas d’acheter, dans un monde rempli de pessimisme, de crise, de moral à zéro, et ne croyant pas en une vie idéale après la mort. Ainsi, je pense bien continuer à égrainer ma vie avec ces petits plaisirs rentrés chez soi sous la forme d’une nouvelle guitare, l’essayer, la trouver génial, puis pester parce que c’est une merde et recommencer, recommencer, recommencer, alors tristes sirs, passez votre chemin!

  18. Sebastien Gauthiez le 9 juin 2013 à 7 h 02 min

    Bizarrement, je n’ai jamais été « pédales »… De temps en temps un multi effet VOX, mais ça ne vaudra jamais le pur son d’une Les Paul directement branchée sur un ampli à lampes!

    • Jerome Wagschal le 9 juin 2013 à 7 h 08 min

      C’est vrai, je déteste les multi-effets et les pedalboards monstrueux comme décrits dans cet excellent article, tous ces réglages minutieux ça fait peur et encore plus la réaction de certains quand tu as le malheur de toucher à leurs réglages…

      • Sebastien Gauthiez le 9 juin 2013 à 7 h 10 min

        Exactement… Encore une petite Wha Wha et un Delay, mais pas plus! Après, ce n’est même pas le son de la guitare qui sort de l’ampli, mais le son des pédales…

        • Jerome Wagschal le 9 juin 2013 à 7 h 12 min

          Un nouveau type de musiciens : les « pédalistes »! :P

  19. Nicolas Boitieux le 9 juin 2013 à 7 h 01 min

    7 guitares, 2 amplis, un baffle et une pédale… Eh merde!

  20. Alain Hockmann le 9 juin 2013 à 6 h 49 min

    En fait, je n’aurais jamais cru, lorsque j’ai commencé à rejouer, à être autant obsédé par le son des guitares, des amplis, des pédales, etc. Ensuite, il ne faut pas oublier que c’est un plaisir absolu qui égaie la vie, après je pense qu’une partie du problème pourrait être réglé en achetant un bon multi effet, une fois pour toutes! Les pédales, c’est un gouffre sans fond et financier!

  21. Jean-Marc Polo le 9 juin 2013 à 6 h 45 min

    4 guitares, 2 rails d’effets… ouffffffff, je suis pas malade! :P

  22. Henri Walorski le 9 juin 2013 à 6 h 37 min

    Excellent! On est tous atteints à un moment de notre vie, mais on se soigne! ;)

  23. Simon Pascal le 9 juin 2013 à 6 h 26 min

    Mouais, peu importe, toutes les raisons sont bonnes pour acheter, tester à tout va, etc. On ne trouvera jamais ou que très rarement, le qui nous plairait, conviendrait ou ce qu’il nous faudrait vraiment. Et puis, même pour rien, s’arrêter de renouveler, tester, baver, rêver serait la fin… Qui veut vraiment que ce soit la fin? Que nenni…Malade de la « G.A.S » et heureux de l’être… Qu’on se le dise!

Laisser un commentaire